Développement économique des ménages

Accueil / Secteurs d’activités / Développement économique des ménages

La pauvreté n’est pas seulement l’absence de ressources mais elle est entretenue par des facteurs qui prennent racines dans l’organisation sociale, la politique, la religion, l’histoire, les formes de pensées et d’actions qui privent de nombreuses personnes de l’accès aux connaissances et aux ressources nécessaires pour s’assurer une vie de dignité selon la pensée biblique.  C’est pour cela que BUPDOS- ONG focalise ses interventions sur le développement économique des ménages dans les secteurs de production économique notamment l’artisanat, l’agriculture, la sécurité alimentaire, la mobilisation d’épargne endogène et le développement des filières agricoles porteuses.

  • Artisanat

L’intervention dans ce secteur clé de l’économie nationale vise l’amélioration du statut social des artisans et artisanes, l’accroissement de leurs revenus, la défense de leurs intérêts auprès des pouvoirs publics. En effet plusieurs contraintes caractérisent le secteur notamment, la préoccupation majeure pour la survie qui détourne l’artisan des efforts soutenus à faire pour améliorer ses connaissances, sa productivité et tenir les engagements commerciaux. A cela s’ajoute la faible capacité de communication qui limite les négociations avec la clientèle et les autres acteurs, la méconnaissance de ce qu’est une entreprise artisanale et sa gestion. Il y a également la faible maitrise par les acteurs de ce secteur productive, des contraintes liées au financement, la fiscalité appliquée aux activités artisanales et les réformes économiques et autres décisions d’harmonisation des politiques nationales en matière de promotion de l’artisanat émanant des Communautés Économiques Régionales (UEMOA, CEDEAO, etc.).

Les orientations politiques qui gouvernent le secteur sont au nombre de 05 à savoir : amélioration des conditions cadres ; promotion de l’organisation des acteurs ; renforcement du savoir, du savoir-faire et du savoir-être des acteurs du secteur ; promotion du développement des micro-entreprises artisanales et promotion de la protection sociale des artisanes et des artisans.

La vision du secteur est : « Un secteur bien organisé, à l’horizon 2025, où opèrent des entreprises artisanales compétitives, contribuant notablement, par la valorisation du patrimoine national, à la prospérité de l’économie nationale et au bien-être social de l’artisan et du Béninois, dans un pays uni et de paix ».

Avec l’appui financier de Pain Pour le Monde-Service Protestant de Développement (PPLM/SPD-Allemagne), BUPDOS-ONG développe plusieurs phases de projets en appui au secteur depuis 2003 dans le département du Mono. BUPDOS-ONG a initié avec les acteurs, le Projet d’ Appui aux Artisanes et Artisans dans la commune de Comé en trois phases (2003-2011). Avec les acquis capitalisé, il a pris en compte la commune de Houéyogbé à travers le Projet d’ Appui aux Artisanes et Artisans de Houéyogbé (2012-2014). Dans le souci de généraliser l’intervention, BUPDOS-ONG a fait l’option de prendre en compte tout le département du Mono, au sud-ouest du Bénin, à travers le Projet d’Appui au Secteur de l’Artisanat dans le Mono (PASAM) pour la période 2015-2017.

La stratégie d’intervention de BUPDOS-ONG est focalisée sur le renforcement des organisations professionnelles des artisans et artisanes, l’appui à la formation professionnelle continue des patrons et l’apprentissage ; la formation et l’accompagnement en techniques de gestion et le plaidoyer pour la défense des intérêts des artisans auprès des pouvoirs publics.

Par rapport au renforcement organisationnel, BUPDOS-ONG travaille en cohérence avec le code communautaire de l’artisanat dans l’espace UEMOA car il pense que la force est dans l’unité de pensée et d’actions. Il développe un module de formation et d’accompagnement des organisations pour plus d’efficacité dans la mobilisation de leurs membres et favorise ainsi un espace d’apprentissage de la vie démocratique et de défense des intérêts des groupes.

Pour ce qui concerne la formation professionnelle continue des patrons et l’apprentissage, l’option choisie est le renforcement des capacités selon les besoins des groupes  pour qu’ils répondent mieux aux exigences du marché et surtout à la compétitivité de leurs unités de productions. Pour l’apprentissage, BUPDOS-ONG en collaboration avec la Direction de la Formation Professionnelle et le Fond de Développement de la Formation professionnelle Continue et l’apprentissage (FODEFCA) développe l’appui à la formation duale des apprentis.

Pour ce qui concerne la gestion des initiatives des artisans, BUPDOS-ONG se base sur les outils développés par le Bureau International du Travail (BIT) à savoir Gérer Mieux votre Entreprise (GERME) qui est un programme de formation et de conseil aux entrepreneurs.

L’instrument de plaidoyer est efficace pour mobiliser les autorités politico-administratives sur les enjeux et défis du secteur de l’artisanat. BUPDOS-ONG ayant compris cela, favorise des échanges entre artisans et autorités politico-administratives à travers des cadres de concertation communaux autour de l’artisanat.

Les acquis capitalisés sont la formation professionnelle continue au profit des patrons d’entreprises artisanales, le renforcement en gestion, le renforcement associatif, la formation duale au profit des apprentis, l’alphabétisation des adultes et le plaidoyer. 120 Organisations Professionnelles  d’Artisans sont actuellement en partenariat avec BUPDOS-ONG pour un effectif de 4406  artisans  et artisanes individuelles dont 1847 femmes dans le département du Mono.

  • Agriculture et Sécurité Alimentaire

Le secteur agricole est la principale source de création de richesse au Bénin et utilise plus de 80% de la population active. Il est caractérisé par des contraintes qui ne favorisent pas l’atteinte de la vision exprimée dans le plan de relance du secteur agricole : «  Faire du Bénin, une puissance agricole dynamique, compétitive, attractive, respectueuse de l’environnement, créatrice de richesse répondant aux besoins de développement économique et social de la population ».

Malgré le potentiel de production agricole important, le Bénin souffre encore des porches d’insécurité alimentaire. C’est-à-dire qu’il existe des personnes qui à tout moment sur le territoire national, n’ont pas accès à une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins nutritionnels selon leurs préférences alimentaires pour mener une vie saine et active.

C’est la raison pour laquelle, BUPDOS-ONG a fait l’option d’une intervention orientée sur l’appui des producteurs et productrices pour une disponibilité suffisante des ressources alimentaires, pour une bonne utilisation et pour l’accès aux marchés porteurs. Les actions développées portent sur l’organisation des producteurs et productrices en coopératives au regard de la loi, le renforcement des capacités de production à travers la formation et l’accompagnement sur les itinéraires techniques dans les filières de maïs, maraîchage, aviculture et apiculture.

L’appui à la maîtrise des marchés est une nouvelle expérience à travers le développement des chaines de valeurs ajoutées dans l’aviculture. Il est envisagé de l’élargir au soja et au karité.  Le plaidoyer occupe une place importante car il permet de défendre les droits des producteurs et productrices.

L’appui à la nutrition communautaire, des enfants de moins de 60 mois, implémenté par BUPDOS- ONG. La nutrition communautaire est un pilier important car la bonne utilisation des aliments est un pan important à ne pas occulter. En effet, plusieurs projets de nutrition sont développés dans  ce domaine.

BUPDOS-ONG bénéficie depuis 1996 de l’appui de l’organisation Inter Eglises pour le Développement des Pays-Bas (ICCO) qui finance plusieurs interventions dans l’Atacora-Ouest. L’organisation Iles de Paix de la Belgique soutient également les efforts de l’ONG dans ce domaine dans la même zone.

  • Épargne endogène

Aujourd’hui, dans de nombreuses régions du monde et au Bénin en particulier, les populations les plus pauvres et celles qui vivent dans les zones rurales (en particulier les femmes et les jeunes) n’ont qu’un accès très limité aux services financiers. Les institutions financières telles que les banques, les coopératives d’épargne et de crédit et les institutions de microfinance (IMF) sont généralement dans l’incapacité de fournir des services (en particulier d’épargne) à ces populations.

Le coût entraîné par la fourniture de services à des populations rurales dispersées demeure élevé, les prêts octroyés aux plus pauvres sont souvent trop petits pour être rentables, et le cadre juridique complique la tâche pour les nombreuses IMF qui cherchent à mobiliser l’épargne. En conséquence, les populations très pauvres et celles qui vivent dans les villages ruraux ne disposent que de rares et médiocres possibilités d’obtenir des services d’emprunt et d’épargne. Elles doivent payer des taux d’intérêt extrêmement élevés aux prêteurs, et ont peu de moyens sûrs d’épargner, et encore moins de faire fructifier leur épargne. Non seulement un grand nombre de gens très pauvres et d’habitants des villages ruraux n’ont pas accès à des services financiers, mais en plus ils ne disposent pas d’informations sur la gestion des finances de leur ménage ou de leurs petites entreprises, ou sur la protection de leurs familles contre des maladies évitables.

La mobilisation de l’épargne endogène, pour ces populations, constitue pour BUPDOS-ONG un véritable défi. L’approche implémentée, aujourd’hui, par l’institution est celle du consortium mondial Épargner pour le changement, composé d’Oxfam America, Freedom From Hunger et la Fondation Strømme. C’est un programme de microfinance facilement reproductible, fondé sur l’épargne, qui apporte des services financiers de base et des services non financiers aux plus pauvres et aux populations vivant dans les villages ruraux (en particulier aux femmes et aux jeunes) lorsqu’elles sont organisées dans des Groupes d’épargne autogérés.

Épargner pour le changement permet d’atteindre ceux qui n’ont généralement aucun accès à des institutions financières formelles. Épargner pour le changement permet également aux habitants des villages d’épargner, d’emprunter de l’argent et d’améliorer leurs connaissances sur la santé, la gestion de l’entreprise et la gestion de l’argent au travers de séances d’éducation. Grâce à leur participation au programme Épargner pour le changement, les membres des groupes d’épargne développent entre elles une solidarité qui leur permet de résoudre des problèmes familiaux ou villageois importants. Épargner pour le changement est une méthodologie basée sur des Groupes d’épargne autogérés et qui intègre une éducation simple, pertinente et à impact élevé sur la santé, la gestion des petites entreprises et la gestion de l’argent. L’approche pictographique du programme Épargner pour le changement fournit à des membres de la communauté, appelés des Agents communautaires, les capacités requises pour former des groupes d’épargne. En raison de leur faible niveau d’instruction, les Agents communautaires n’utilisent pas un guide écrit, mais sont équipés d’un manuel pictographique.