Projet de Nutrition Communautaire (PNC)

Accueil / Projet de Nutrition Communautaire (PNC)

Durée du projet: Janvier 2012-Décembre 2015 (05 ans)

 

Zones d’intervention du projet (département ; communes, arrondissements, villages)

  • Départements : Atacora et Donga
  • Communes : Cobly et Ouaké
  • Arrondissements : Ouaké : Komdé ; Ouaké ; Badjoudè ; Tchalinga ; Sèmèrè 1 ; Sèmèrè 2
  • Cobly: Datori; Cobly; Kountori; Tapoga.
  • Villages de Ouaké (16):Adjèdè ; Alayomdè ; Assodé ; Mankpassi.Kpélité ; Awanla ; Tchichakou ; Komtcha ; Kakpala ; Landa ; Kawado ; Atchakitam ; Tchingayaré ; Mami ; Gnangba-Kabia ; Kangnifèlè
  • Village  de Cobly (16):Matalè ; Kadiéni ; Tokibi ; Ouorou ; Cobly ; Bagapodi ; Gnorgou ;  Touga ; Kountori ; Tchantiénou ; Oroukparé ; Oukpétouhoun ; Sankoutiénou ; Siénou ; Pentiga ; Zaniouri.

 

Objectif du projet

Améliorer l’état nutritionnel d’environ 16800 jeunes enfants dans les zones rurales pauvres où le taux de malnutrition est élevé à travers un mécanisme de prestation de services de nutrition au niveau communautaire ciblant 72000 mères et 24000 grands-mères.

 

Activités développées:

Les activités sont structurées en trois composantes:

  • Prévention et prise en charge de la malnutrition au niveau communautaire : sensibilisation des mères et des grand’mères sur diverses thématiques relatives aux Actions Essentielles en Nutrition et en Hygiène ; suivi des mères d’enfants de 0 à 6 mois conseillées sur la pratique d’allaitement maternel exclusif ; suivi mensuel des enfants de 6 à 24 mois par rapport à leur croissance ; ouverture et le suivi des Foyers  de récupération Nutritionnelle (FARN) ;suivi des enfants MAS référés au CNT/CNA ; facilitation des cadres communaux de concertation.
  • Promotion d’un mécanisme de mutualisation communautaire de prise en charge des enfants malnutris: référence des enfants dépistés malnutris aigus sévères avec complication ou sans complication dans les CNT/CNA; mise en place des mutuelles de mobilisation des ressources pour la prise en charge des enfants malnutris notamment les Malnutris Aigus Sévères(MAS).
  • Développement d’un système durable d’investissement des collectivités locales dans la nutrition en s’appuyant sur l’ANCB: mise en place par commune et par arrêté du maire d’un cadre de concertation communal de l’Alimentation, de la Nutrition et de la Sécurité Alimentaire(ANSA); Suivi périodique des activités de terrain de l’ONG par les membres du cadre de concertation conformément au cadre commun des résultats; Mise en œuvre des activités en lien avec la nutrition inscrites au cadre commun des résultats par les membres du cadre de concertation.

 

 Collaboration avec les OCB:

 La collaboration avec les OCB/CSAN (Comité de Surveillance Alimentaire et Nutritionnel) a concerné d’une part leur appui dans la mobilisation de tous les acteurs autour des objectifs et des activités du projet, et d’autre part aux renforcements continue de leurs capacités par l’équipe projet. En effet, cette collaboration vise à faire du CSAN/OCB une structure opérationnelle et efficace dans la lutte contre la malnutrition au niveau locale. Ce Dispositif communautaire accompagne le projet à travers  la sensibilisation,  la mobilisation sociale, la collecte des produits vivriers pour les Foyer d’Apprentissage et de Récupération Nutritionnelle (FARN), les visites à domiciles pour le suivi des femmes enceintes,

Résultats obtenus:

  • Nombre d’enfant de 0 à 59 mois dépistés : 17 516
  • Nombre d’enfants Malnutris Aigus Modérés réhabilités : 1962
  • Nombre d’enfants Malnutris Aigus Sévères référés aux Centres de Nutrition Thérapeutiques : 113
  • Nombre d’Organisations Communautaires de Bases formés sur la nutrition communautaire : 32
  • Nombre de mères sensibilisées sur les bonnes pratiques d’alimentation et d’hygiène : 5734
  • Nombre de grands-mères sensibilisées sur les bonnes pratiques de nutrition des enfants et sur l’hygiène : 8161
  • Nombre de réunions tenues avec le personnel de la santé : 16
  • Nombre de réunion du cadre de concertation des acteurs sur la sécurité alimentaire et la nutrition : 16

Il est observé une nette amélioration dans la pratique de l’AME au niveau des femmes nourrices et aussi dans la l’amélioration des pratiques nutritionnelles au profit des enfants de 6 à 59 mois. Appréciation faite à travers une enquête rapide basée sur la méthodologie LQAS.

 

La prise en charge de la santé des enfants semble devenir une grande priorité des communautés à voir leur engagement dans les cotisations pour les mutuelles de mobilisation des ressources pour la prise en charge de la malnutrition. L’implication des membres du cadre de concertation des acteurs constituent une force à valoriser

Les communautés se sont rendues à l’évidence que la malnutrition n’est pas une fatalité ou un sort jeté à la famille. Une solidarité communautaire agissante s’installe dans tous les villages du projet en matière de surveillance et de veille sur les cas de malnutrition.

 

Budget du projet:

190 624 020 FCFA

 

 Collaboration avec les collectivités locales:

 Il y a une collaboration avec les collectivités locales à travers la mise en place et le fonctionnement d’un cadre de concertation à travers :

  • La revue périodique pour échanger sur les problèmes en lien avec la nutrition et faire le point des activités menées par trimestre;
  • Le Suivi périodique des activités de terrain par le cadre de concertation
  • La facilitation du cadre de concertation communal par l’ONG
  • La formation des membres du Cadre Communale de Concertation d’Alimentation, de Nutrition et de Sécurité Alimentaire (CCC/ANSA) sur diverses thématiques (les Actions Essentielles en Nutrition et en Hygiène (AEN & AEH), le plaidoyer, etc.)
  • L’organisation conjointe de la Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel(SMAM)
  • La Formation conjointe des enseignants de huit(8) villages PNC pour induire l’implication des enfants dans le processus de récupération des enfants malnutris
  • Suivi périodique des activités de terrain par le cadre de concertation

Source de financement du projet:Plan Bénin avec le soutien du Fonds Japonais de Développement Social (FJDS), la Banque Mondiale (BM) et Plan Japon

 

Laisser un commentaire