Auteur des Archives: admin

Accueil / Gmedia Albums

video

REMISE MOBILIERS AUX ECOLES ET COLLEGES AD (05-022014)

BUPDOS ONG JIF 2014 (2014-03-10 )

PRESENTATION DE VOEUX (2013-03-08 )

Projet de Renforcement des Organisations de Services des Femmes du Mono (PROSFeM)

Durée du projet

Juin 2008 – Mai 2011

 

Zones d’intervention du projet

Département : Mono,

Commune : Bopa

Arrondissements : Bopa centre, Yégodoé, Gbakpodji, Agbodji, Lobogo

Villages : Tchantchankpo ; Bopa centre ; Tohonou ; Zoungbo mission ; Djoffoun ; ZombiaWèmè ; fandihoui ; Dhodho ; Djadji ; Lokokpo ; Hounvè ; Edéhoué ; Sédohoué ; Adjamè

 

Objectif du projet

Contribuer à la pérennisation et la durabilité des acquis des actions entreprises à Bopa depuis 1999 par un transfert de compétences, de rôles et de responsabilités aux acteurs et aux Organisations de Services.

 

Objectifs spécifiques

  • Accroître les capacités d’autonomie technique, organisationnelle et financière des caisses autogérées des femmes à partir d’un programme d’alphabétisation adapté à leurs intérêts et aux besoins de développement de leur milieu.
  • Consolider la dynamique de développement enclenchée par les organisations de services pour le développement local.

 

Activités développées

  • Renforcement des capacités des gérants et responsables des différents organes de gestion des 16 caisses auto gérées créées à travers les projets PRAMIF de BUPDOS
  • Renforcement des capacités de gestion des comités en charge de la gestion des infrastructures sociocommunautaires et socio-économiques (Unités villageoises de santé (UVS), latrines publiques, puits à grand diamètre, ateliers de transformations, des équipements de transformation (presse, rappeuse etc) installées par BUPDOS à travers les trois phases du projet PRAMIF

 

Collaboration avec les OCB. Préciser la nature de la collaboration

  • Comités de gestion des latrines publiques, des puits à grand diamètre, des ateliers de transformation, des équipements de transformation (rappeuse, presse)
  • Comités de gestion des caisses autogérées
  • Cadre de concertation des caisses autogérées
  • Comité d’orientation et de suivi (COS) présidé par le Maire de Bopa

 

Résultats obtenus

  • 15 gérants des caisses sur 16 sont des femmes alphabétisées qui tiennent correctement les documents de gestion (cahiers de cotisation, de caisse, de crédit) en langue locale Sahouè et le seul restant en français.
  • Dans 12 caisses sur 16, les responsables de chaque organe (conseil d’administration, comité de crédit et conseil de surveillance des caisses fonctionnent à merveille.
  • chaque responsable d’organe connait son rôle, le joue efficacement et 50% des organes soient renouvelés à fin projet. De même ils maitrisent les relations fonctionnelles qui existent entre ces organes.
  • la mobilisation financière locale des caisses s’est accrue et 50% des caisses répondent sur fonds propres à 80% des besoins en demandes de crédits des membres. En définitive, l’épargne locale est passée de 2.309.000FCFA à 5.153 .430FCFA donc a plus que doublée. 12 caisses sur 16 ont ouvert et sécurisé leurs comptes à COOPEC-AD sont satisfaites des prestations et les caisses ont bénéficié de 11.900.000fcfa avec 98.39% de remboursement sur un montant total de crédits de 32.567.500fcfa.
  • Ces femmes ont amélioré leur niveau de revenu qu’elles ont utilisé pour améliorer l’alimentation et la nutrition, les soins de santé de leurs enfants.

 

Budget du projet

338 317 743 F Cfa (516 104 euros)

 

Collaboration avec les collectivités locales

Mairie de Bopa. Service alphabétisation ; CARDER

 

Source de financement du projet

PMU/InterLife de la SUEDE

Projet de Nutrition Communautaire (PNC)

Durée du projet: Janvier 2012-Décembre 2015 (05 ans)

 

Zones d’intervention du projet (département ; communes, arrondissements, villages)

  • Départements : Atacora et Donga
  • Communes : Cobly et Ouaké
  • Arrondissements : Ouaké : Komdé ; Ouaké ; Badjoudè ; Tchalinga ; Sèmèrè 1 ; Sèmèrè 2
  • Cobly: Datori; Cobly; Kountori; Tapoga.
  • Villages de Ouaké (16):Adjèdè ; Alayomdè ; Assodé ; Mankpassi.Kpélité ; Awanla ; Tchichakou ; Komtcha ; Kakpala ; Landa ; Kawado ; Atchakitam ; Tchingayaré ; Mami ; Gnangba-Kabia ; Kangnifèlè
  • Village  de Cobly (16):Matalè ; Kadiéni ; Tokibi ; Ouorou ; Cobly ; Bagapodi ; Gnorgou ;  Touga ; Kountori ; Tchantiénou ; Oroukparé ; Oukpétouhoun ; Sankoutiénou ; Siénou ; Pentiga ; Zaniouri.

 

Objectif du projet

Améliorer l’état nutritionnel d’environ 16800 jeunes enfants dans les zones rurales pauvres où le taux de malnutrition est élevé à travers un mécanisme de prestation de services de nutrition au niveau communautaire ciblant 72000 mères et 24000 grands-mères.

 

Activités développées:

Les activités sont structurées en trois composantes:

  • Prévention et prise en charge de la malnutrition au niveau communautaire : sensibilisation des mères et des grand’mères sur diverses thématiques relatives aux Actions Essentielles en Nutrition et en Hygiène ; suivi des mères d’enfants de 0 à 6 mois conseillées sur la pratique d’allaitement maternel exclusif ; suivi mensuel des enfants de 6 à 24 mois par rapport à leur croissance ; ouverture et le suivi des Foyers  de récupération Nutritionnelle (FARN) ;suivi des enfants MAS référés au CNT/CNA ; facilitation des cadres communaux de concertation.
  • Promotion d’un mécanisme de mutualisation communautaire de prise en charge des enfants malnutris: référence des enfants dépistés malnutris aigus sévères avec complication ou sans complication dans les CNT/CNA; mise en place des mutuelles de mobilisation des ressources pour la prise en charge des enfants malnutris notamment les Malnutris Aigus Sévères(MAS).
  • Développement d’un système durable d’investissement des collectivités locales dans la nutrition en s’appuyant sur l’ANCB: mise en place par commune et par arrêté du maire d’un cadre de concertation communal de l’Alimentation, de la Nutrition et de la Sécurité Alimentaire(ANSA); Suivi périodique des activités de terrain de l’ONG par les membres du cadre de concertation conformément au cadre commun des résultats; Mise en œuvre des activités en lien avec la nutrition inscrites au cadre commun des résultats par les membres du cadre de concertation.

 

 Collaboration avec les OCB:

 La collaboration avec les OCB/CSAN (Comité de Surveillance Alimentaire et Nutritionnel) a concerné d’une part leur appui dans la mobilisation de tous les acteurs autour des objectifs et des activités du projet, et d’autre part aux renforcements continue de leurs capacités par l’équipe projet. En effet, cette collaboration vise à faire du CSAN/OCB une structure opérationnelle et efficace dans la lutte contre la malnutrition au niveau locale. Ce Dispositif communautaire accompagne le projet à travers  la sensibilisation,  la mobilisation sociale, la collecte des produits vivriers pour les Foyer d’Apprentissage et de Récupération Nutritionnelle (FARN), les visites à domiciles pour le suivi des femmes enceintes,

Résultats obtenus:

  • Nombre d’enfant de 0 à 59 mois dépistés : 17 516
  • Nombre d’enfants Malnutris Aigus Modérés réhabilités : 1962
  • Nombre d’enfants Malnutris Aigus Sévères référés aux Centres de Nutrition Thérapeutiques : 113
  • Nombre d’Organisations Communautaires de Bases formés sur la nutrition communautaire : 32
  • Nombre de mères sensibilisées sur les bonnes pratiques d’alimentation et d’hygiène : 5734
  • Nombre de grands-mères sensibilisées sur les bonnes pratiques de nutrition des enfants et sur l’hygiène : 8161
  • Nombre de réunions tenues avec le personnel de la santé : 16
  • Nombre de réunion du cadre de concertation des acteurs sur la sécurité alimentaire et la nutrition : 16

Il est observé une nette amélioration dans la pratique de l’AME au niveau des femmes nourrices et aussi dans la l’amélioration des pratiques nutritionnelles au profit des enfants de 6 à 59 mois. Appréciation faite à travers une enquête rapide basée sur la méthodologie LQAS.

 

La prise en charge de la santé des enfants semble devenir une grande priorité des communautés à voir leur engagement dans les cotisations pour les mutuelles de mobilisation des ressources pour la prise en charge de la malnutrition. L’implication des membres du cadre de concertation des acteurs constituent une force à valoriser

Les communautés se sont rendues à l’évidence que la malnutrition n’est pas une fatalité ou un sort jeté à la famille. Une solidarité communautaire agissante s’installe dans tous les villages du projet en matière de surveillance et de veille sur les cas de malnutrition.

 

Budget du projet:

190 624 020 FCFA

 

 Collaboration avec les collectivités locales:

 Il y a une collaboration avec les collectivités locales à travers la mise en place et le fonctionnement d’un cadre de concertation à travers :

  • La revue périodique pour échanger sur les problèmes en lien avec la nutrition et faire le point des activités menées par trimestre;
  • Le Suivi périodique des activités de terrain par le cadre de concertation
  • La facilitation du cadre de concertation communal par l’ONG
  • La formation des membres du Cadre Communale de Concertation d’Alimentation, de Nutrition et de Sécurité Alimentaire (CCC/ANSA) sur diverses thématiques (les Actions Essentielles en Nutrition et en Hygiène (AEN & AEH), le plaidoyer, etc.)
  • L’organisation conjointe de la Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel(SMAM)
  • La Formation conjointe des enseignants de huit(8) villages PNC pour induire l’implication des enfants dans le processus de récupération des enfants malnutris
  • Suivi périodique des activités de terrain par le cadre de concertation

Source de financement du projet:Plan Bénin avec le soutien du Fonds Japonais de Développement Social (FJDS), la Banque Mondiale (BM) et Plan Japon

 

Projet d’Appui aux Artisanes et Artisanes de Houéyogbé (PAAH)

Durée du projet

Janvier 2012-Décembre 2014

 

Zones d’intervention du projet

Département : Mono,

Commune : Houéyogbé

Arrondissements : Houéyogbé ; Doutou ; Sè ; dahè ; Zoungbonou ;

 

Objectif du projet

Contribuer à faire du secteur de l’artisanat à Houéyogbé et dans le département du Mono, un secteur compétitif, viable qui participe à l’économie locale et au bien être social de l’artisan et de l’artisane.

Impact attendu: 882 artisanes et artisans de Houéyogbé ont atteint un niveau de vie nettement supérieur à la situation de départ. Les organisations faîtières fonctionnent mieux aux différents niveaux et les aident les artisans à défendre leurs intérêts envers des tiers (notamment envers la mairie) avec succès

 

Effet 1

Les différents corps de métiers seront renforcés et leur pouvoir de défense d’intérêt sera accru.

IOV : La proportion des préoccupations formulées dans le Plan de Développement de la Commune de Houéyogbé rendues opérationnelles est passée de 0% à 10% entre 2012 et 2014.

 

Effet 2

Les capacités techniques, commerciales et de gestion ainsi que le degré d’alphabétisation seront mesurablement améliorés.

IOV : Les associations ont pu atteindre le score de 10% en moyenne dans l’indice de fonctionnalité en décembre 2014.

 

Activités développées

  • Renforcement des capacités des associations pour une meilleure défense de leurs intérêts
  • Renforcement des capacités techniques, de gestion et alphabétisation.
  • Création et animation d’un cadre de concertation collectif des artisans et Mairie de Houéyogbé

 

Collaboration avec les OCB

Le projet renforce les capacités techniques et organisationnelles des associations d’artisans et assure le suivi accompagnement.

 

Résultats obtenus

  • Un cadre de concertation collectifs artisans et Mairies est créé et rendu fonctionnel.
  • Les Bureaux des OPA partenaires du PAAH et B/CAAH s’approprient les outils de planification, de gestion et de suivi de leurs activités53% des B/OPA sont en mesure d’exécuter leur plan d’action à 80% contre 0% au début de l’intervention.
  • Les niveaux, en savoir-faire professionnel et en alphabétisation des artisans et artisanes et apprentis à Houéyogbé sont accrus Cette proportion qui est passée de 0% à 22% à fin 2014 comprend 6,2% d’artisanes
  • Les artisans et artisanes de Houéyogbé s’approprient les outils de bonne gestion de leurs micro-entreprises16 % des artisans (564) ont suivi avec succès les cours d’alphabétisation niveau 1 et 2 et tiennent les outils de gestion.
  • Ce revenu mensuel moyen s’est accru de 98%
  • Les capacités des d’influence et de lobbying des membres de la Chambre Interdépartementale de Métier (Mono-Couffo) sont accrues

 

Budget du projet

212 875 000 FCFA

 

Collaboration avec les collectivités locales

Il y a une collaboration avec le collectif des artisans et artisanes de Houéyogbé et les bureaux des différentes Organisations Professionnelles des Artisans et artisanes.

 

Source de financement du projet

Pain Pour le Monde-Service Protestant de Développement (Allemagne)

Projet d’Appui à l’Entrepreneuriat Rural des Femmes du Sud Benin (PAERF)

Durée du projet :

Phase 1 : Septembre 2011-Août 2014) 4 ans

Phase de prolongation d’un an (septembre 2014-Aout 2015)

 

Zones d’intervention du projet

Département : Mono,

Commune : Comé,

Arrondissements : Comé ;Agatogbo, Oumako, Akodéha, Wédèmè ;Pédah

 

Objectif du projet

Contribuer à l’amélioration des conditions de vie des femmes économiquement actives dans la commune de COME

 

Activités développées

  • Appui aux AGR des Femmes (Production vivrière, élevage, transformation agro-alimentaire et petit commerce)
  • Appui à la dynamique organisationnelle des réseaux de femmes.
  • Appui à la recherche de financement approprié aux activités génératrices de revenus ;
  • Appui technique et organisationnel aux réseaux des femmes
  • Alphabétisation fonctionnelle pour une meilleure communication et pour une meilleure gestion des activités génératrices de revenus ;
  • Renforcement des capacités des femmes pour une citoyenneté de développement
  • Renforcement des capacités techniques et en gestion des AGR des réseaux de femmes
  • Santé communautaire (VIH/Sida)

 

Collaboration avec les OCB

Le PAERF collabore avec six réseaux de femmes structurés par secteur d’activités. Le projet renforce les capacités des réseaux et assure le suivi accompagnement

 

Résultats obtenus

  • 530 apprenants savent lire, écrire la langue Mina, 161 apprenants lisent et parlent le français fondamental et échangent avec
  • 321 femmes membres des réseaux ont acquis des aptitudes et compétences dans la gestion de leur AGR et 316 femmes sont mises en relation avec la Coopérative d’épargne et de crédit COOPEC AD où 172 Femmes ont bénéficié de 24.010.000 FCFA de crédits.
  • 298 femmes du réseau citoyen sont formées sur les fondamentaux de la décentralisation et 05 doléances soumises aux autorités locales dont 03 satisfaites,
  • 145   femmes au sein de la communauté de Comè sont informées sur les généralités liées aux IST/VIH/IDA et 503femmes encadrées ont fait le test du dépistage volontaire au VIH/SIDA
  • 322 femmes échangent / communiquent avec leurs enfants sur la santé de la reproduction

 

Budget du projet

187.696.005 FCFA.

 

Collaboration avec les collectivités locales

Il existe une plate forme multi acteurs sur l’entrepreneuriat rural des femmes présidée par un conseiller communal, le président de la commission des affaires sociales de la Mairie qui rend compte des activités du Paerf au conseil communal

 

Source de financement du projet

PMU Inter life (SUEDE)

Programme Multi-Acteurs de Santé Reproductive et Droits Sexuels des Adolescents et Jeunes de 10 à 24 ans dans l’Atacora (PMA-SRDS/Atacora)

Durée du projet : 2010 à 2015 (en cours)

 

Zones d’intervention du projet

Départements de l’Atlantique et du Littoral avec quatre communes à savoir Abomey-Calavi, So-Ava, Zè et Cotonou,

Département de l’Atacora avec quatre communes : Natitingou, Toucountouna, Tanguiéta, Matéri.

 

Objectif du projet

  • Renforcer les dynamiques locales des acteurs actuels et potentiels en vue de leur plus grande implication à la promotion de SRAJ dans les départements de l’Atlantique et du Littoral
  • Accroitre la disponibilité et l’utilisation par les adolescentes, adolescents et jeunes des différents groupes-socio-professionnels des services de qualité en SR/IST/VIH/sida dans les départements de l’Atlantique et du Littoral.

 

Activités développées

Composante 1: Plaidoyer et réseautage en faveur de la SRAJ

  • Création et/ou animation des réseaux d’intervenant de la SRAJ;
  • Renforcement des capacités et mobilisation des parents et des leaders communautaires pour la prise en compte de la SRAJ
  • Mobilisation de ressources auprès
  • des PTF pour la consolidation et l’élargissement des interventions

Composante 2: Offre de services clinique et d’information

  • Identification et sélection des pairs éducateurs en collaboration avec les leaders communautaires;
  • Formation et équipement des pairs éducateurs
  • Identification et sélection des centres de santé amis des jeunes
  • Formation des prestataires des centres de santé et appui pour de petits équipements
  • Développement d’une stratégie avancée
  • Suivi des pairs éducateurs et des centres de santé amis des jeunes

Composante 3 : Coordination et gestion du programme

 

Collaboration avec les OCB

Charte de collaboration entre les OSC et ONG intervenant dans la SRDSAJ

Contrat de partenariat avec les organisations des adolescents et jeunes relais.

 

Résultats obtenus

  • 02 réseaux d’ONG et d’OSC de la SRAJ dans les deux zones sanitaires de Natitingou et de Tanguiéta facilitent la synergie d’actions sur la SRAJ au sein des communes cibles.
  • 210 leaders communautaires et 674 parents ont amélioré leur perception vis-à-vis de la SRAJ et développent des actions pour sa promotion. Plus de 220 parents formés font le dialogue parents enfants sur l’éducation sexuelle.
  • 240 pairs éducateurs sont formés : 32 à Matéri, 28 à Tanguiéta, 38 à Natitingou et 22 à Toucountouna, 30 à Cotonou, 30 à Zè, 30 à So-Ava et 30 à Cotonou
  • L’offre de services d’information en SRDS est disponible et accessible pour les adolescents et jeunes des communes d’intervention (informations et soins de qualité)
  • 13965 soit 70.6% des 19 770 adolescents et de jeunes dont 7178 filles de la zone d’intervention sont sensibilisés sur la SRDS
  • 12 centres de santé amis des jeunes offrent des services conviviaux
  • 1744 adolescents et jeunes dont 1567 filles ont été référées par les pairs éducateurs et au cours des campagnes d’offre de services cliniques

 

Budget du projet

170 548 820 FCFA

 

Collaboration avec les collectivités locales

Collaboration avec les autorités locales à travers leur implication dans la mise en œuvre des activités

 

Source de financement du projet

ICCO/Pays Bas

Programme Multi-Acteurs WASH

Durée du projet : Janvier 2010- Décembre 2015 (en cours)

 

Zones d’intervention du projet

Département du Borgou. Commune : Sinendé

Département de l’atacora. Commune : Kérou

 

Objectif du projet

Objectif général: Réduction de la pauvreté et amélioration de la santé, de l’environnement et des conditions économiques à travers l’autonomisation des personnes et la création d’un environnement favorable à l’accès et l’utilisation durable de l’eau potable, des services sanitaires et des pratiques d’hygiène améliorées pour les femmes et les groupes marginalisés.

Objectifs spécifiques:

  1. un meilleur accès et une utilisation durables de l’eau potable et des services sanitaires, et une amélioration des pratiques d’hygiène ;
  2. Les acteurs de société civile sont en mesure de mieux répondre, conjointement ou individuellement, aux besoins des communautés et d’influencer la prise de décision sur les prestations de services de WASH.

 

Activités développées

  • Renforcement des capacités des communes et du secteur privé à mobiliser les ressources financières internes pour les services WASH
  • Elaboration de catalogue de latrines et autres dispositifs d’assainissement
  • Appui aux communautés dans la gestion, l’entretien et l’utilisation des ouvrages HA publics
  • Renforcement des compétences des OCB pour les sensibilisations de proximité sur les services de l’hygiène et assainissement et leurs utilisations
  • Appuyer l’organisation des campagnes de sensibilisations de proximité et de mass sur les services HA et leurs utilisations par les organisations communautaires de base au sein des communautés
  • Appui aux réseaux des femmes à développer des campagnes périodiques de salubrité et de plaidoyer
  • Formation des membres des groupes communautaires sur l’utilisation des déchets à des fins productives, la gestion des projets et sur l’élaboration des plans d’affaires

 

Spécifier s’il y a eu collaboration avec les OCB

Contrat de prestation avec l’ONG ACDD

 

Résultats obtenus

  • 30 petits producteurs et entrepreneurs WASH dont 13 femmes ont été formés dans les communes de Sinendé et de Kérou sur le partenariat public privé, les opportunités d’affaires WASH existant dans leurs communautés, et l’élaboration de plan d’affaire.
  • 7 plans d’affaires pour les services WASH sont en négociation auprès des Institutions financières locales
  • 30 représentants des associations de femmes maraîchères etdes producteurs de coton biologique de Kérou ont été formés et ont élaboré deux plans d’affaire dans le domaine de l’utilisation des déchets et des excréments. Il s’agit de : « Ramassage des tas sauvages d’ordures pour fertilisation des périmètres de production maraichères dans Kérou » par les groupements maraîchers, et, « Ramassage des bourses de vaches et excréments des ovins pour utilisation dans les champs de coton Biologique » par les Producteurs de coton Biologique.
  • 3 solutions technologiques acceptables au niveau local et basées sur les principes de la technologie adéquate sont en cours de vulgarisation (latrines familiales ECOSAN, Lavoirs-puisards, lave-mains)
  • 3 réunions lobbying plaidoyers réalisées pour l’augmentation du budget local WASH
  • 4705 personnes sensibilisées par proximité sur l’hygiène et l’assainissement dont 1107 utilisent les services WASH
  • 25200 personnes ont été touchées dans la commune de Kérou sur une prévision de 10000 personnes à travers la radio communautaire KPABLY FM. Les populations de Kérou et environs ont été sensibilisées à travers diverses émissions dans quatre langues (baatonu, gourmantché, fulfulde et français) pour un changement de comportement en faveur de l’accès des populations à l’eau potable et à l’assainissement
  • 70 femmes des groupements de femmes et des Associations des Mères d’Enfant marginalisés ont mis sur pieds deux réseaux de femmes pour leurs représentations dans les groupes communautaires WASH
  • 90 membres des Organisations communautaires de base AEPHA des communes de Kérou et de Sinendé prévus ont été formés sur les droits et devoirs à l’eau et à l’assainissement
  • 34 acteurs du programme sont formés sur les approches de durabilité environnementale pour les activités WASH.

 

Budget du projet

66 391 144 FCFA

 

Collaboration avec les collectivités locales

Accord de partenariat avec le Service Développement Local et Planification chargé de l’Hygiène et de l’Assainissement de la commune de Kérou.

 

Source de financement du projet

ICCO/Pays Bas